Pour que les porteurs puissent travailler dans de bonnes conditions

Quelles conditions de travail?

Quelques faits

Saviez-vous qu’il existe au Népal par exemple une réglementation sur un minimal de portage / altitude, sans cesse bafouée?

Chaque année, nous croisons des porteurs à qui les salaires versés suffisent juste à couvrir leurs besoins alimentaires pendant le trek pour lequel ils sont engagés.

Saviez-vous que de nombreux porteurs ne prennent pas de matériel de couchage afin de ne pas rajouter de poids à leur charge, et se contenteront d’une bâche à des altitudes que vous ne pourriez pas imaginer ?

Saviez-vous que de nombreuses infrastructures facturent une assurance porteurs imaginaire ?

Un état d’ignorance

Nous sommes persuadés qu’il n’y a pas de « mauvaises structures » professionnelles du tourisme proposant ces destinations… Nous sommes cependant convaincus d’un état d’ignorance ou de naïveté. Nous souhaitons que les infrastructures professionnelles proposant des trekkings au Népal et dans les régions himalayennes, prennent conscience de ces pratiques et respectent une Convention d’éthique.

Des milliers de porteurs

Mi-paysans, mi-professionnels de la montagne, d’origine géographique et ethnique variée, ils sont des milliers (plus de 100 000 emplois potentiels) à quitter temporairement leur terre pour travailler en qualité de porteurs dans le but d’un appoint financier.

pour le Respect et la Dignité des Porteurs de l'Himalaya